Après sa nomination le 22 avril 2019 en qualité de Premier ministre, chef du gouvernement par le président de la République, Dr. Boubou Cissé a finalement formé son équipe, le 5 mai 2019. Elle est composée de trente-huit membres dont dix-sept nouveaux, avec sept permutations, un ministre délégué et deux secrétaires d’Etat. L’on note également onze départs de l’ancienne équipe et vingt restants. L’effet surprenant, c’est la cumulation des fonctions du ministère de l’Economie et des Finances par le Premier ministre, chef du gouvernement. Décryptage !

Le weekend dernier a été long pour plusieurs anciens ministres. Annoncé de façon officieuse le samedi 4 avril 2019, c’est finalement le lendemain, 5 mai 2019 à 13 heures, que le Secrétaire général de la présidence de la République est apparu sur le petit écran de l’ORTM pour la lecture de l’équipe du Premier ministre, Dr. Boubou Cissé. C’est une équipe de trente-huit membres dont neuf femmes (moins d’un quart). L’on y trouve également dix-huit nouveaux entrants avec sept permutations. Dans cette nouvelle équipe, délestée de onze membres de l’ancien attelage, douze ministres gardent leurs maroquins.

Les 17 nouveaux entrants !

Les dix-sept nouvelles personnalités qui font leur entrée sont issues de divers horizons. Ainsi, Michel Hamala Sidibé, ancien  Secrétaire exécutif de l’ONU-SIDA, prend la tête du ministère de la Santé et des Affaires sociales. Le président de la Commission nationale de Droits de l’Homme, Malick Coulibaly, atterrit au département de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux. L’ancien Chef d’Etat-major Général des Armées de la transition, le général de division Ibrahim Dahirou Dembélé, est nommé ministre de la Défense et des anciens Combattants. Le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation  a été confié au président de l’Association des Municipalité du Mali et ancien Maire de la Commune V,  Boubacar Alpha Bah dit Bill.

Le président du Parti Africain pour le Renouveau National (Parena),Tiébilé Dramé, grand animateur de l’opposition politique pendant le premier mandat du président IBK et ancien ministre sous le président Alpha Oumar Konaré, s’occupe de la diplomatie malienne en qualité de ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Me Baber Gano, secrétaire général du Bureau national du parti au pouvoir, le Rassemblement Pour le Mali (RPM), fait son come back et bénéficie du département de l’Intégration africaine.

Le ministère du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique a été confié au président du Parti pour la Solidarité et le Progrès (PSP), Oumar Hamadoun Dicko. Ibrahima Abdoul Ly est nommé ministre des Transports et de la Mobilité urbaine. Le ministère chargé des Réformes institutionnelles et des Relations avec la Société civile  est confié à l’Honorable Amadou Thiam, ancien président de l’Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba). Le président du parti Convergence Pour le Développement du Mali (CODEM), Housseini Amion Guindo, fait également son come back et prend en charge le département de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable. Le ministère de l’Education nationale est entre les mains du Docteur Témoré Tioulenta.

Le Professeur Mahamadou Famanta est nommé à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Quant au département des Domaines et des Affaires foncières, il est désormais dirigé par Alioune Badara Berthé. Hama Ould Sidi Mohamed Arbi devient le nouveau ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social.

Un ministre délégué et deux secrétaires d’Etat !

Au sein de cette nouvelle équipe gouvernementale, l’on note la création d’un ministère délégué et de secrétariats d’Etat. Ainsi, Mme Barry Aoua Sylla devient ministre délégué auprès du Premier ministre, chef du gouvernement, ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget. Le premier Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, chargé de la Promotion et de l’Intégration de l’Enseignement bilingue s’appelle Moussa Boubacar BAH et le second auprès du ministre de l’Agriculture, chargé de l’Aménagement et de l’Equipement rural est Adama Sangaré.

Les permutations

Parmi les trente-huit membres, il y a sept permutations. Il s’agit de Mohamed Ag Erlaf qui a quitté le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation pour celui de l’Industrie et du Commerce. Le précédent ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mme Kamissa Camara prend désormais le contrôle du ministère de l’Economie numérique et de la Prospective.

Amadou Koïta quitte le ministère de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction Citoyenne pour celui des Maliens de l’Extérieur. Du Développement Industriel et la Promotion des Investissements, Moulaye Ahmed Boubacar se retrouve au ministère de l’Agriculture. Quant à Arouna Modibo Touré, il quitte le ministère de l’Economie numérique et de la Communication pour s’installer au ministère de la Jeunesse et des Sports. Précédemment ministre des Sports, Maître Jean-Claude Sidibé s’occupe désormais du département en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Enfin, Yaya Sangaré quitte le ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine pour celui de la Communication, chargé des Relations avec les Institutions, porte-parole du gouvernement.

Les douze restés à leurs postes

Les douze ministres qui gardent leurs postes sont : Général de Division Salif Traoré, ministre de la Sécurité et de la Protection civile ; Hamadou Konaté, ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Lassine Bouaré, ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale ; Adama Tiémoko Diarra, ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Population; Mme Traoré Seynabou Diop, ministre des Infrastructures et de l’Equipement; Sambou Wagué, ministre de l’Energie et de l’Eau; Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la Culture; Mme Lelenta Hawa Baba Bah, ministre des Mines et du Pétrole; Thierno Amadou Omar Hass Diallo, ministre des Affaires religieuses et du Culte; Dr Kané Rokia Maguiraga, ministre de l’Elevage et de la Pêche; Mme Nina Walet Intallou, ministre de l’Artisanat et du Tourisme et Dr Diakité Aïssata Kassa Traoré, ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Les onze partants

Ils sont au nombre de onze, les ministres à quitter le navire. Il s’agit de Tiénan Coulibaly, ministre de la Justice, Garde des Sceaux; Pr Tiémoko Sangaré, ministre de la Défense et des anciens Combattants; Dr Nango Dembélé, ministre de l’Agriculture; Pr AbinouTémé, ministre de l’Education Nationale ; Pr Assétou Founè Samaké, ministre de l’Innovation et de la Recherche Scientifique; Mme Keita Aïda M’bo, ministre de l’Environnement de l’Assainissement et du Développement durable; Mory Zoumana Coulibaly, ministre des Transports; Mme Diarra Raky Talla, ministre du Travail et de la Fonction publique chargé des Relations avec les Institutions; Pr Samba Ousmane Sow, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique; Alhassane Ag Ahmad Moussa, ministre du Commerce et de la Concurrence et enfin Mohamed Moustapha Sidibé, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme.

L’effet surprenant dans la formation de cette nouvelle équipe gouvernementale est la cumulation de la fonction du ministre de l’Economie et des Finances avec celle du Premier ministre, chef du gouvernement. Ainsi, Dr Boubou Cissé devient à la fois Premier ministre, chef du gouvernement et aussi  ministre de l’Economie et des Finances. L’on note également la création d’un nouveau département appelé Ministère de la Promotion de l’Investissement privé, des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Entreprenariat national. Il est dirigé par l’ancienne ministre de la Réforme de l’Administration et de la Transparence de la Vie publique, Mme Safia Boly.

Ousmane Ballo

Source : Ziré-Hebdo