C’est ce 27 avril 2019 au Centre International de Conférences de Bamako (CICB) que le parti Forces Alternatives pour le Renouveau et l'Emergence (FARE An Ka Wuli) a présenté la synthèse de ses séries de  rencontres avec les forces vives de la nation sur le processus de sortie de crise au Mali. Au cours de cette rencontre qui avait regroupé des représentants des partis politiques (Majorité et Opposition) et des organisations de la société civile, le président des FARE, Modibo Sidibé, a fait 6 propositions comme solution pour la crise actuelle au Mali.  A cette occasion, l’ancien ministre, Ousmane Sy, a également fait un exposé sur le Dialogue National Refondateur. Une manière de mobiliser l’opinion nationale à aller vers la paix.

Dans son mot de bienvenue, le Président des FARE An Ka Wuli, Modibo Sidibé, a tenu à préciser que le 12 mars 2019, le parti FARE a élaboré une proposition conceptuelle de sortie de crise durable au Mali, qui tient compte, de façon lucide et pragmatique, des multiples implications structurelles et conjoncturelle de la crise multidimensionnelle sévère dans laquelle le Mali est plongé et dont il peine à trouver les voies et les moyens de se sortir.

« Cette contribution dont la qualité et la cohérence sont reconnues par l’essentiel des acteurs institutionnels, politiques, sociaux, économiques, religieux et traditionnels maliens avec lesquels la direction du parti a partagé le contenu, apparaît véritablement comme l’approche politique la plus sérieuse et la plus aboutie à nos jours pour faire face avec efficacité à la crise », a-t-déclaré.

Selon Modibo Sidibé, la réflexion des FARE An Ka Wuli part d’un diagnostic sans complaisance de la situation nationale passée et présente et s’appuie fermement sur la fiance faite aux capacités endogènes du peuple malien dans toutes ses composantes à ressouder ses problèmes et à tracer les axes de son avenir dans un Mali refondé par son propre génie créateur sur la base de ses aspiration authentiques. « Nous vous proposions les grandes lignes de la contribution des  FARE à un processus de sortie de crise durables au Mali », a-t-il ajouté.

Les 6 propositions saluées par les participants !

Les 6 propositions du parti FARE, à travers son président, Modibo Sidibé, constituent désormais une base de données à exploiter dans le souci d’une sortie de crise définitive au Mali. Ces propositions ont été chaleureusement saluées et appréciées par les participants.

La première proposition invite le Président de la République, chef de l’Etat à s’adresser à la nation malienne dans un message solennel son intention d’initier un dialogue national refondateur comme réponse à la grave crise multidimensionnelle qui affecte le Mali.

La deuxième appelle le Président de la République, chef de l’Etat à missionner le gouvernement aux fins d’organiser une conférence des forces politiques et sociales maliennes dans le but de négocier un Accord politique devant permettre de convenir d’un processus véritable de sortie de crise structurelle que vit le Mali. « Cette conférence politique permettra de s’établir un diagnostic partagé de la situation, des enjeux, des défis et de nos vulnérabilités structurelles. Les conclusions qui en seront issues constitueront les termes de références d’un processus malien solide et durable de sortie de crise et dont la pierre angulaire sera le dialogue national refondateur », a déclaré Modibo Sidibé.

La troisième proposition concerne un pacte de stabilité pour la sécurité, la croissance et le développement qui sera négocié, convenu et inclus dans l’Accord politique afin de créer un climat d’apaisement, de sérénité, de confiance mutuelle et d’assurer la continuité régalienne de l’Etat.

Dans la quatrième proposition, les FARE demandent au Président de la République, chef de l’Etat de constituer une équipe de haut niveau présidée par une personnalité consensuelle pour organiser et conduire le dialogue national refondateur conformément à l’accord politique obtenu dans le cadre de la conférence politique.

La cinquième proposition concerne le dialogue national refondateur qui portera sur l’ensemble des sujets d’intérêt national, la priorité étant donnée aux réformes politiques, institutionnelles et sécuritaires. Il donnera par la même occasion à l’accord issu du processus d’Alger un souffle politique nouveau et partagé.

La sixième et dernière proposition invite le Président de la République, chef de l’Etat à nommer un gouvernement de mission restreint qui aura la charge de mettre en œuvre le pacte de stabilité pour la sécurité, la croissance et le développement, de mettre en œuvre les réformes politiques et institutionnelles prioritaires issues du Dialogue national refondateur, dont la révision constitutionnelle. Cette mise en œuvre se fera suivant un agenda électoral approprié.

« L’objectif à terme est de disposer grâce au Dialogue national refondateur des propositions endogènes et partagées devant permettre à notre pays d’engager les réformes institutionnelles et politiques indispensables à sa sécurité, son développement et sa croissance », a souligné Modibo Sidibé. 

La nécessité d’un dialogue processus !

Dans son exposé sur le Dialogue National Refondateur, l’ancien ministre, Ousmane Sy, a précisé qu’il faut aujourd’hui aller vers un dialogue processus. Selon lui, ce dialogue a besoin d'un mandat donné par le Président de la République et qui peut être discuté et adapté aux réalités de l’heure. « Ce dialogue a également besoin d'une équipe de médiateur composé de personnalités nationales et étrangères dont la probité intellectuelle est connue de tous. Pour le Dialogue National Refondateur, il faut aller à la base et prendre le temps qu’il faut. A ce niveau, je préfère appeler des concertations citoyennes qui se tiendront dans chaque commune du Mali. A l'issue de ces rencontres, les communautés élaboreront des cahiers de propositions au gouvernement», a-t-il ajouté.

Selon Ousmane Sy, les propositions recueillies au niveau des communes seront envoyées dans les cercles où une synthèse sera faite au cours d’une autre rencontre. « Au niveau régional, il s'agira d’intégrer la dimension politique, économique, sociale et autres. Ces données seront examinées et envoyées au niveau national pour faire d'autres rencontres et proposer une synthèse globale et finale au gouvernement», a-t-il précisé.

Cette rencontre a été enrichie par des propositions et témoignages des participants. Aussi, plusieurs intervenants ont tenu à saluer l’initiative du parti FARE, à travers son Président, Modibo Sidibé.

Ousmane BALLO / Afrikinfos-Mali