Dans un communiqué publié le 29 mars 2019, le maire de Koro, Atimé Djimdé, et celui de Madougou, Amadou Kodio, annoncent que Kéné Kodio du village de Simerou; Brahima Kodio de Madougou et Youssouf Doumbo de Soye ont été tous injustement pris pour suspects du massacre d’Ogossagou. Ainsi, ils ont été arrêtés et transférés à Bamako. Les deux élus affirment également qu’au moment de cette attaque, ces trois personnes n’étaient même pas dans le cercle de Bankass, mais plutôt à Koro.

Le 29 mars 2019, le gouvernement du Mali a annoncé, dans un communiqué, l'arrestation de cinq présumés suspects du massacre d'Ogossagou, survenus le 23 mars 2019 causant la mort de plus de 160 personnes. Ce samedi 29 mars 2019, dans un communiqué, le maire de la ville de Koro et celui de la commune de Madougou dans la région de Mopti ont totalement démenti l'implication de trois des cinq suspects dudit massacre. « C’est un amalgame de la part du gouvernement », peut-on lire dans le communiqué.

Selon le même communiqué signé par les deux élus, parmi les cinq présumés assaillants d'Ogossagou arrêtés, trois n’étaient même pas dans le cercle de Bankass. Il s'agit, selon eux, de Kéné Kodio du village de Simerou; Brahima Kodio de Madougou et de Youssouf Doumbo du village de Soye. Selon les explications des deux maires, ces individus cités étaient plutôt au village de Anakedjé dans le cercle de Koro le jour de l'attaque qui s'est passée dans le cercle de Bankass.

 «Ces trois individus ont été blessés lors de l'attaque du village de Anakedjé survenue au même moment que celle de Ogossagou. Ils ont été admis au CCRF de Koro. Vu la gravité de leurs blessures, les autorités ont décidé de les faire évacuer sur Mopti. C'est à l'hôpital de Mopti qu'ils ont été arrêtés et envoyés à Bamako comme suspects du massacre de Ogossagou », précise le communiqué.

Joint par téléphone, le médecin chef de l'hôpital de Koro a confirmé que ces individus ont été bel et bien évacués de Koro pour des soins de santé. En clair, ces trois hommes qui ont été victimes de l'attaque du village de Anakedjé dans la commune rurale de Madougou sont passés par le CSCOM de Anakedjé, de Madougou et de l’hôpital de Koro avant d'être pris pour suspects à l'hôpital Mopti.

Pour l'heure, les parents des détenus et les conseils municipaux ont saisi les autorités administratives et sécuritaires de Koro et demandent le soutien de tous pour la libération de l’ensemble des innocents incarcérés à Mopti ou ailleurs, particulièrement Kéné Kodio du village de Simerou; Brahima Kodio de Madougou et de Youssouf Doumbo du village de Soye.

A.K / Afrikinfos-Mali