L'Agence Nationale pour la Sécurité Routière (ANASER) a tenu sa 19èmesession ordinaire du Conseil d'Administration le 29 janvier 2020 à son nouveau siège, sis à l'ACI 2000 près du Palais des Sports. Cette session a principalement porté sur les points suivants : l'adoption du Procès verbal de la 18èmesession ordinaire du Conseil d'Administration; l'examen de l'état de mise en œuvre des recommandations de la 18e session du Conseil d'Administration; l'examen du Rapport d'activités de l'année 2019 à la date du 30 novembre; L'examen de l'état d'exécution du budget 2019 à la date du 30 novembre; l'examen du Rapport d'activités 2019; le projet de programme d'activités de l'année 2020. Après tous travaux, le projet de budget de l'année 2020 a été arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 1.755.950.000 F CFA.

C’est dans l’espoir de protéger davantage les usagers de la route que les administrateurs, sous la présidence du général de division, Souleymane Yacouba Sidibé, ont examiné de manière satisfaisante les points inscrits  à l’ordre du jour avant d’adopter le projet de budget annuel 2020 qui se chiffre en recettes et en dépenses à la somme de 1.755.950.000 F CFA.

Si les objectifs de cette année restent semblables à ceux des années précédentes, les priorités sont, par contre, variables compte tenu de la réalité du terrain. Ainsi, le président du Conseil d’Administration rappelle que les accidents de la route restent encore un grave problème de santé publique aux niveaux mondial, régional et national. « Si des mesures sont prises dans de nombreux pays pour améliorer la sécurité routière, beaucoup reste encore à faire si l'on veut que le nombre d'accidents, de blessés ou de décès cesse d'augmenter ou diminue sur nos routes. Singulièrement, chez nous au Mali, le président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA, accorde une attention particulière à la lutte contre le fléau de l'insécurité routière en exhortant à une forte mobilisation des pouvoirs publics, mais aussi à l'implication de tous les citoyens, pour rendre nos routes plus sûres »,a-t-il expliqué. 

Selon lui, le ministère des Transports et de la Mobilité urbaine, s'inspirant de cette directive, a fixé à l'ANASER des objectifs précis pour l'amélioration de la circulation routière en vue de la réduction drastique des accidents de la circulation sur l'ensemble du réseau routier malien, en ramenant le nombre annuel d'accidents corporels sous la barre de 7500 victimes à l'horizon 2020.

« Les statistiques du premier semestre 2019 indiquent 4 679 victimes d'accidents dont 293 tués et 4 386 blessés, s'étendant à tous les sexes, mais touchant particulièrement la tranche d'âge comprise entre 16 et 25 ans dont une proportion de 33,59 % de femmes »,a ajouté le général de division, Souleymane Yacouba Sidibé.

 Sensibilisation de la jeunesse, une prioritaire absolue !

Pour le président du Conseil d’Administration de l'Agence Nationale pour la Sécurité Routière, c'est donc fort de ce constat que tout naturellement, les campagnes de sensibilisation et de formation de l'ANASER seront orientées en 2020 vers la jeunesse, à travers les écoles, collèges, lycées, universités et les associations de jeunes. « Les contrôles routiers vont cibler également cette jeunesse avec un accent particulier sur le contrôle du taux d'alcoolémie, le port du casque, l'excès de vitesse, le téléphone au volant ou au guidon et le port de la ceinture de sécurité. 2020 étant une année électorale au Mali, se profile à l'horizon, une mobilité très importante sur les routes lors des campagnes. C'est dire que l'année qui débute, annonce aussi un défi de taille en matière de sécurité routière »,a-t-il ajouté.

La priorité de Mme Diadji Sacko, G.D de l'ANASER

En marge de cette session de Conseil d’Administration, la nouvelle directrice générale de l'Agence Nationale pour la Sécurité Routière (ANASER), Mme Diadji Sacko, a pris contact avec les hommes de médias, à travers un déjeuner de presse. L’objectif était de briefer les journalistes sur les priorités de l’ANASER et solliciter, en retour, leur accompagnement pour l'atteinte des objectifs fixés concernant une meilleure protection des usagers de la route.

Ainsi, Mme Diadji Sacko estime qu'il est important de mettre l'accent sur la sensibilisation autour du rôle de l'ANASER dans la gestion de la sécurité routière. « C'est une affaire qui nous concerne tous.  Donc, on doit mener la lutte ensemble. Je voudrais aussi que la population sache que l'ANASER est là uniquement pour elle et que notre rôle est de faire le maximum de sensibilisation pour éviter les accidents de la route sinon les réduire considérablement »,a-t-elle souligné.

Amadou Basso

Source : Ziré