C’est ce mardi 28 janvier 2020 que la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Bamako a finalement accordé la liberté provisoire à Amadou Aya Sanogo et coaccusés dans l’affaire dite des 21 bérets rouges disparus lors du contre coup d’Etat avorté en avril 2012.

Ainsi, de 2013 à 2020, ces présumés ont fait sept ans en prison sans procès. Cette décision a été finalement prise, après plusieurs demandes de liberté  provisoire formulées par les avocats de la défense. Lesquelles ont été toujours rejetées par le parquet. Désormais, ils pourront vaguer à leurs préoccupations.

Afrikinfos-Mali