Au moins 18 gendarmes ont perdu la vie, ce dimanche 26 janvier, dans le centre de Mali. Ils étaient stationnés dans un camp militaire, situé dans le centre du pays, à 85 kilomètres de la frontière avec la Mauritanie. Ils ont été pris pour cible, ce matin, par des hommes armés.

L'attaque a eu lieu peu avant l'aube, selon un élu local. L'objectif des assaillants était le camp d'une soixantaine de gendarmes dans la petite localité de Sokolo, dans le cercle de Niono, à environ 170 km du nord de Ségou.

Selon un premier bilan officiel, au moins 18 gendarmes ont été tués et plusieurs autres ont été blessés. Des témoins ont vu les assaillants s'enfuir avec plusieurs véhicules militaires, après avoir incendié et complètement détruit le camp, selon la même source.

D'après l'Agence France-Presse, s'appuyant aussi sur un élu local, « les terroristes sont arrivés à moto ». Une source humanitaire sur place ajoute: « On a le sentiment que les assaillants savaient où ils mettaient les pieds ».

L'élu local contacté par RFI souligne que le camp de Sokolo est un « verrou », selon ses propres termes. Il se trouve dans le centre du pays, à environ 85 kilomètres de la Mauritanie et de là, précise notre source, on peut passer la frontière, sans rencontrer aucun village où se réfugier, dans la forêt du Wagadou qui se trouve également dans le secteur.

Source: RFI