Le 17 janvier 2020 au cours d’une rencontre à son domicile, le président du Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), Mamadou Sinsi Coulibaly, a dénoncé quinze généraux de l’armée devenus des vrais entrepreneurs.

Sans langue du bois, Mamadou Sinsi Coulibaly, après avoir révélé la présence de quinze généraux dans l’entrepreneuriat, a déclaré : « S’il vous   plaît (ndlr: les généraux) ayez pitié de nos entreprises, des travailleurs de nos entreprises. Retirez-vous des affaires et faites votre boulot de militaire. Nous ne voulons plus vous voir dans des voitures luxueuses, des villas somptueuses. Vous êtes devenus des entrepreneurs de premier ordre, vous êtes au sommet des flux économiques de notre pays, vous êtes hélas, les tueurs de nos entreprises, vous ne payez ni impôts ni taxes.»

Le président du CNPM a aussi souligné : « Nous exigeons et ordonnons à l’OCLEI (Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite) que les inspecteurs généraux en charge des finances, des domaines, les directeurs généraux des Douanes, des Impôts et du Trésor de déclarer leurs biens immédiatement et sans délai conformément à la loi contre l’enrichissement illicite. Et enfin, nous exigeons le payement de tous les crédits TVA sans condition.»

La libération du secteur de l’énergie et la privatisation de l’EDM !

Pour que le Mali soit attractif et compétitif et visant à encourager les investissements et les embauches dans notre pays, Mamadou Sinsi Coulibaly souhaite l’application de la recommandation tarifaire de la CEDEAO de juillet 2010, la libération du secteur de l’énergie et la privatisation de l’EDM.

Dans son intervention, il a également demandé la suspension immédiate de tous les contrôles abusifs en cours dans les entreprises. « Cette situation est un harcèlement des opérateurs et favorise l’institutionnalisation de la corruption », a-t-il ajouté, avant d’exiger à ce que l’OCLEI se mette dans son rôle pour l’application exacte de la loi  contre la corruption au Mali.

 La classe politique a échoué !

Parlant de la situation actuelle du pays, le président du CNPM a déclaré : « Trop de politique au Mali.La classe politique a échoué. De reculade en reculade, elle a le dos au mur et ne peut plus avancer et elle ne peut non plus reculer. C’est la chute dans l’abîme. Tout d’un coup, on nous fait croire que c’est la faute des autres. Personne ne viendra faire la gestion du Mali à votre place, vous allez la faire et de la bonne manière sans l’intervention étrangère. »

Toutefois, Mamadou Sinsi Coulibaly a promis que 2020 sera une année de lutte pour l’obtention des reformes économiques nécessaires à l’épanouissement des entreprises. Pour ce faire, Clément Dembélé, président de la Plateforme de lutte contre la Corruption et le Chômage (PCC), précise que la lutte contre la corruption doit être le cheval de bataille de tous les Maliens afin d’éviter à notre pays de sombrer dans le gouffre.

Ismael Traoré

Source: Ziré