Le Cercle de Réflexion et d’Information pour la consolidation de la démocratie (CRI-2002) et ses partenaires, a organisé le 11 janvier 2020 une journée dénommée ‘’Journée d’engagement citoyen’’ à la Maison du Partenariat de Bamako. Conduite par DrAbdoulaye Sall, président de CRI-2002, cette journée se veut, une rencontre d’études et de réflexions sur la faisabilité technique et pratique, des résolutions et recommandations issues du Dialogue National Inclusif.

 A l’entame de ses propos, DrAbdoulaye Sall s’est dit très satisfait, car CRI 2002 a pris part activement à toutes les phases du Dialogue National Inclusif et a fait des propositions objectives et censées qui ont été prises en compte dans les résolutions et recommandations dudit dialogue.

De la redéfinition des droits et devoirs des légitimités traditionnelles et religieuses, en passant par la gouvernance du secteur de la défense et de la sécurité, la citoyenneté et le civisme, les élections...

Toutes ces propositions faites par CRI 2002 figurent sur la liste des résolutions et recommandations du Dialogue Nationale Inclusif. Cela fait de CRI 2002, une organisation à compter parmi celles citoyennes et crédibles qui contribuent efficacement à la promotion de la démocratie, de la bonne gouvernance, du développement, de la cohésion sociale, de la paix et du vivre ensemble. « La démocratie commence par le dialogue. La démocratie vit par le dialogue et le dialogue constitue le sang de la démocratie. Le dialogue nous a permis de nous entendre sur les valeurs communes », a-t-il souligné.

 A propos de la thématique : « Du dialogue civil inclusif, au dialogue technique inclusif et à l’expertise du dialogue » et de la « Journée d’engagement citoyen » dont il était question, DrAbdoulaye Sall s’est interrogé : « Si vous avez quatre résolutions et 118 recommandations. Comment faire pour les mettre en œuvre ? »

Pour donner une réponse claire et précise à cette question, le président de CRI 2002 a déclaré: « Il faut maintenant mettre toute cette batterie de résolutions et recommandations sous l’éclairage de la planification stratégique et opérationnelle. De mon point de vue, les quatre grandes résolutions entrent dans le cadre des objectifs stratégiques et les 118 recommandations entrent dans le cadre des activités opérationnelles. Dans le cadre de la planification, il y a ce qu’on appelle le principe de la progressivité. Il ne faut pas chercher à faire tout à la fois. Il faut d’abord hiérarchiser. »

 Cap sur les élections législatives

Pour la mise en œuvre des résolutions et recommandations issues du Dialogue National Inclusif,  DrAbdoulaye Sall pense qu’il faut mettre le cap sur les élections législatives. « Je pense qu’il faut mettre le cap sur le 02 mai 2020, pour que le pays soit doté d’une Assemblée nationale. Parce que, sans l’Assemblée nationale, on peut dire qu’il n’y a pas d’Etat démocratique. Puisque c’est une institution de la République qui vote les lois contre l’action gouvernementale et évalue les politiques publiques. Je suis heureux de constater qu’au cours du Dialogue National Inclusif, il a été vivement décidé que nous fassions les élections législatives sur la base des circonscriptions électorales actuelles », a-t-il ajouté.

Pour finir, DrAbdoulaye Sall a invité tous les Maliens ainsi que toutes les forces vives  de la nation malienne à se mettre ensemble pour réussir les élections législatives. « Que tous les Maliens, toutes les forces vives de la nation malienne, toutes les forces politiques maliennes se mettent ensemble selon ce que j’appelle en classicisme la règle des trois unités : unité de temps ; unité de lieu ; unité d’action. L’unité de temps : c’est le 02 mai 2020. L’unité de lieu : c’est les élections législatives. Tenir les élections législatives pour que le pays puisse se doter d’un parlement, d’un pouvoir législatif. Et enfin, l’unité d’action est que tous les Maliens se mettent ensemble en opérationnalisant la devise du Mali : un Peuple, un But, une Foi », a-t-il conclu.

 Pépin Narcisse LOTI

Source : Ziré