En vue de donner une nouvelle impulsion au processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix en panne, depuis le mois de septembre 2019, une session du CSA, de haut niveau, aura lieu, ce dimanche 19 janvier 2020, à l’Hôtel Azalaï Amitié de Bamako.

Dans la lettre d’invitation adressée aux membres du CSA, en date du 7 janvier 2020, par l’Ambassadeur algérien, Boualem CHEBIHI, dont le pays assure la présidence du CSA, il ressort que l’objectif de cette rencontre sera d’échanger sur les voies et moyens à même de donner une nouvelle impulsion au processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, à travers le redémarrage des sessions du Comité de Suivi de l’Accord (CSA). Au cours de cette rencontre, il s’agira aussi de faire le point de la mise en œuvre des conclusions de la dernière réunion de Haut niveau et de manière plus générale, d’examiner les développements intervenus ultérieurement en apport avec l’accord.

Cette rencontre s’annonce décisive pour la normalisation des sessions de la réunion du Comité de suivi de l’Accord après les tensions née du report de la 38esession, initialement prévue le 17 septembre 2019 à Kidal.

À la suite de ce report, la CMA avait décidé de suspendre sa participation au processus de mise en œuvre de l’Accord en guise de protestations contre la décision du Gouvernement. De son côté, le Gouvernement avait motivé sa décision par des raisons d’État impératives.

C’est pourquoi la rencontre de ce dimanche enregistrera la participation des ministres des pays membres du suivi de l’accord pour la paix issu du processus d’Alger.

En tout cas, la question était ce 10 janvier 2020 au cœur des échanges entre le ministre des Affaires étrangères et de la coopération Internationale, Tiébilé DRAMÉ, et les diplomates des différents pays partenaires intervenant dans le processus de paix au Mali. Il leur a annoncé la tenue de cette prochaine session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA), ce 19 janvier 2020.

Au cours de ces différentes audiences, le ministre DRAMÉ a aussi évoqué avec tous ces Diplomates des questions de Paix, de Sécurité et de Développement avec en ligne de mire la tenue de la prochaine session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA).

De leur côté, les partenaires ont réaffirmé le soutien et l’engagement de leurs pays respectifs aux côtés des autorités et du Peuple du Mali qui n’aspire qu’à la paix et au développement.

Pour rappel, l’Article 58 de l’accord pour la paix détermine les acteurs (le Gouvernement du Mali, les mouvements signataires) et les partenaires au sein de la Médiation internationale (Algérie, en tant que Chef de file), le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger, le Tchad, la CEDEAO, les Nations Unies, l’OCI, l’UA, l’UE. Les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies sont invités à participer aux travaux du Comité.

 Abdoulaye OUATTARA/Afrikinfos-Mali