Un camp militaire a été attaqué au mortier ce jeudi au nord-est du Mali, région en proie aux violences et aux agissements djihadistes.

Dix-huit Casques bleus et deux civils ont été blessés ce jeudi 9 janvier 2020 dans l’attaque au mortier d’un camp militaire dans le nord-est du Mali en proie aux violences et aux agissements djihadistes, a indiqué l'ONU.

Un “bilan provisoire” fait état de 18 Casques bleus et deux civils blessés, a déclaré le porte-parole de la mission de l'ONU au Mali, la Minusma, Olivier Salgado.

Quinze tirs de mortiers se sont abattus “dans et autour” du camp de Tessalit, dans la région de Kidal, proche de la frontière algérienne, selon un rapport interne de l'ONU. Le personnel du camp s’est abrité dans un bunker, selon ce texte.

Le « supercamp » de Tessalit abrite un bataillon tchadien de l'ONU, des forces françaises de l’opération Barkhane et des militaires maliens. Les deux civils, maliens, ont été blessés dans la partie française du camp, selon le document interne de l'ONU.

Source: Ouest France