Les lauréates du concours

Ce 20 décembre 2019, trois journalistes ont été primées par Marie Stopes international Mali dans le cadre de l’exécution de son programme de lutte contre les grossesse non désirées dans le milieu scolaire.

Lancé sur le thème : «Contribution de Marie Stopes dans la réduction de grossesses non désirées dans le milieu scolaire »,ce concours consistait à produire des articles de presse et radiophoniques sur les actions de Marie Stopes international Mali en faveur de la planification familiale au Mali. Il s’agissait principalement de la lutte contre les grossesse non désirées dans le milieu scolaire. Ainsi après dépouillement, c’est Mme Kadidiatou Doucouré de la Radio Guintan qui a enlevé le premier prix. Elle a reçu un ordinateur-portable, un téléphone, un appareil photo et un chèque de 300 mille francs CFA. Le deuxième prix, composé d’un appareil photo, un dictaphone et un chèque de 150 mille francs CFA, est revenu à Kadiatou Mouyi Doumbia du journal Mali Tribune. Enfin, c’est Mme Ramata Tembely du journal l'Indépendant qui a reçu le troisième prix, composé d’un appareil photo et d’un chèque de 150 mille francs CFA.

Selon Martin Migombano, Représentant Résident de Marie Stopes international Mali, plusieurs stratégies ont été mises en œuvre pour atteindre les jeunes dans le cadre de cette lutte contre les grossesses non désirées dans le milieu scolaire, d’où l’organisation de ce concours sur le thème : «Contribution de Marie Stopes dans la réduction de grossesses non désirées dans le milieu scolaire ».

Remise du premier prix par Mme Sanè Këita, représentante du ministre de la Jeunesse et des Sports, à droite

Pour Dr. Coulibaly Oumou Sidibé, représentante du Directeur National de la Santé, qui parle des jeunes parle forcement du pays. «Investir dans les jeunes, est un droit pour eux », a-t-elle déclaré, avant de remercier Marie Stopes international Malipour ses combats de huit ans en faveur de lutte pour l’autonomisation de la femme au Mali, particulièrement dans le domaine de la réduction les grossesses non désirées et autres maladies sexuellement transmissibles.

Quant à la représentante du ministre de la Jeunesse et des Sports, Mme Sanè Këita, les grossesses non désirées empêchent les jeunes filles à réaliser leurs projets et jouent aussi négativement sur leurs  emplois.  Pour elle, l’objectif n’est pas de les former, mais plutôt de les sensibiliser sur les conséquences des grossesses sur leurs cursus scolaires et leur vie sociale. Ainsi, elle  demande l'accompagnement de tous partenaires pour une lutte efficace contre ce fléau.

Ousmane BALLO/Afrikinfos-Mali