Des militaires maliens ont été déployés il y a quelques mois dans la commune de Ouenkoro. L’objectif ? Sécuriser cette zone rurale gangrénée par la présence de groupes armés. Par manque d’infrastructure, les Fama ont installé leur camp militaire dans les bâtiments d’une école. Le second cycle de Ouenkoro a déménagé.

Depuis deux ans, le maire de Ouenkoro réclamait l’arrivée de militaires maliens. Dans cette commune située à la frontière avec le Burkina Faso, chasseurs, milices, jihadistes, les groupes armés s’affrontent et tuent parmi les populations civiles. « Rien que le 13 novembre, l’attaque du village de Peh a couté la vie à 20 personnes », affirme Harouna Sankaré.

L’été dernier, les Fama ont finalement été envoyés pour sécuriser la zone et se sont installés à l’école. « Ils n’avaient pas d’emplacement », justifie le maire. Les bâtiments du 2e cycle ont été réquisitionnés et 200 élèves environ ont déménagé à 500 m « avec le premier cycle dans d’anciennes salles de classe », explique un syndicaliste. « Les cours sont perturbés », ajoute une autre source au niveau de l’éducation.

Risques pour les élèves en cas d'attaques

Si le gouverneur de la région de Mopti n’était pas ce mercredi 18 décembre en mesure de répondre aux questions de RFI, les autorités nationales ont été alertées, affirment plusieurs sources, sur les risques sécuritaires que pourraient courir les élèves et les enseignants en cas d’attaques. En mars 2018, Bamako a signé la déclaration internationale de sécurité pour les écoles.

Source: RFI