Au Palais de la Culture Amadou Hampaté Bah, le Samedi 14 décembre, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, en présence d’éminentes personnalités de la République, dont le Premier Ministre, Dr Boubou Cissé, a présidé la cérémonie d’ouverture du dialogue national inclusif. Au présidium, le président Kéita était entouré des membres du Triumvirat et du président de la commission d’Organisation, Cheick Sidy Diarra.

Enfin, le dialogue national tant demandé au Mali a vu le jour. Tel que préparé, ce dialogue n’est aucunement un autre de trop. Tous les indicateurs prouvent que des recommandations pertinentes sortiront de ces assises d’une semaine pour une sortie de crise définitive.

En prenant la parole, le porte-parole des facilitateurs, l’ex Premier Ministre Ousmane Issoufi Maïga,  a rappelé le sérieux dans lequel, le Triumvirat a travaillé pour rendre possible ce dialogue national inclusif. Dans ce sens, il est revenu sur les activités que le triumvirat a eu à mener dans le cadre de sa mission. Sans exhaustivité, il a cité au chapitre des activités du triumvirat, des conférences de presse pour informer l’opinion nationale et internationale sur le niveau de préparation du dialogue, des séances d’écoutes de toutes les forces vives de la nation. A ce niveau, l’ex PM Maïga, a souligné que le triumvirat a recueilli avec soin et attention les suggestions et propositions en vue de l’élaboration des termes de références.

D’après  le porte-parole du triumvirat, les facilitateurs pour prendre en compte l’esprit d’inclusivité du processus ont mis en place avec l’AGETIC un portail numérique consulté par 1 307 237 visiteurs, dont  5 058 173 contributions.

S’agissant d’une quelconque influence dans le cadre de leur mission, Ousmane Issoufi Maïga,  a été on ne peut plus clair.  «  Nous n’avons constaté aucune injonction de la part des plus hautes autorités »  a- t – il déclaré.

Revenant aux conclusions des assises, il a indiqué qu’elles pourront être consultées sur le portail numérique  www.dialogue national.ml.

« Les Maliens, la main dans la main décident de s’engager dans le seul combat qui vaille, celui de la réconciliation de tous ses enfants et d’un développement conforme à leurs aspirations et à l’intérêt national » a-t-il martelé.

De son côté, le président du comité d’organisation s’est réjoui de la réussite du dialogue au niveau  communal, des cercles et dans le district de Bamako.

« Les concertations qui ont mobilisé des milliers de nos compatriotes de tous bords et de toutes les sensibilités, ont été très fructueuses d’un point de vue » a-t-il déclaré. Cependant, il a déploré que les concertations dans les 605 communes ont adopté peu de recommandations sur la 1ère thématique consacrée à la Paix, la Sécurité et le Vivre ensemble.

« La deuxième thématique relative aux questions Institutionnelles et politiques a suscité 5061 recommandations et résolutions » a-t-il mentionné. Et d’ajouter : « La synthèse  des rapports de 20 Ambassades et consulats a également permis d’extraire 282 recommandations et résolutions sur l’ensemble des six thématiques ».

Pour sa part, le président IBK, a tenu à féliciter les facilitateurs et le comité d’organisation pour le travail abattu jusque-là.

Aux participants de ce dialogue, le président  de la République dans un langage empreint de sagesse, a invité d’ausculter le pays pour voir quel est son mal et d’en faire de pertinentes propositions de sortie de crise.

«  Le  peuple  attendra que le congrès ne soit pas un congrès de plus, mais le  congrès qu’il fallait pour mieux asseoir notre processus démocratique, adapter nos Institutions, corriger notre gouvernance, stabiliser notre pays, renforcer notre commune volonté de vivre en commun » a-t-il déclaré.

Par Fatoumata Coulibaly

Source: Le Sursaut