Dans un tweet publié hier, mercredi 11 décembre, par le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, il ressort que : « le déplacement du Président du Mali à Pau (France), le 16 décembre prochain, se fera  sous conditions. L’envoyé spécial pour le Sahel du président de la République française, M. Christophe Bigot a été chargé de transmettre ces conditions à qui de droit ».

Le ministre n’a pas précisé les conditions. Nos investigations nous ont permis de savoir qu’IBK a effectivement fait des propositions, suite à la lettre d’invitation du Président français. Dans cette correspondance,  appelée « copie avancée de la lettre d’invitation »,  datée du 8 décembre 2019, envoyée par l’Ambassade de France au ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale avec tous ses compliments,  IBK a été sollicité pour recevoir l’émissaire d’Emmanuel Macron, Christophe Bigot, envoyé spécial au Sahel.

L’invitation proprement dite a été  apportée le mardi 10 décembre par  ce dernier. Elle conforte la position du Président malien.  En effet, son homologue Emmanuel Macron s’est, tout d’abord,  montré très sensible au message de sympathie et aux condoléances    exprimées par IBK,  après la mort de 13 soldats français lors d’une récente opération menée par la force barkhane au Mali.

Ensuite, Emmanuel Macron n’a pas manqué d’attirer l’attention,  du Président malien dans cette lettre, sur les succès enregistrés par les forces étrangères, la force conjointe du G5 Sahel et l’armée malienne. Non sans relever la menace qui, malgré tout, s’est étendue et intensifiée. Il  reconnait en même temps que les armées du G5 Sahel ont payé un lourd tribut dans la lutte contre le terrorisme. L’armée française aussi,  a-t-il précisé.

Selon une source digne de foi, le Président français a écrit dans cette correspondance que la rencontre de Pau permettra  « d’examiner une nouvelle stratégie, de définir une nouvelle feuille de route commune pour lutter davantage contre le terrorisme ». Dans la même missive, le Président a sollicité auprès d’IBK de transmettre à son envoyé spécial pour le Sahel ses souhaits dans l’optique de mieux préparer le sommet de Pau.

C’est bien dans ce cadre, selon  une source diplomatique française, que le Président malien a fait des propositions pertinentes auxquelles Paris adhère.

« Paris est d’accord pour qu’il n’y est pas de sujets tabous, conformément au souhait du Président malien. Kidal sera bien évoquée, la question de services de renseignement, des armées, sera  aussi invoquée. C’est pourquoi Emmanuel Macron a souhaité la participation des chefs des Institutions politiques et sécuritaires : Ministres (Affaires Etrangères et Défense), Chefs d’Etat-Major et Chefs des services de renseignement », nous a expliqué notre source diplomatique. Pour lui, IBK a fait des propositions pour améliorer le cadre de la rencontre, et le « voyage d’IBK à  Pau ne fait l’objet d’aucun doute ».

En clair, le Président IBK sera à Pau parce que Paris est en phase avec ses propositions. Il sera à Pau pour défendre le Mali, défendre son honneur, défendre sa dignité. Il ira à Pau pour dire ses quatre vérités à son homologue français, avec courtoisie et fermeté.

Vivement donc le sommet de Pau pour connaitre les décisions qui sanctionneront les pourparlers. A suivre

El Hadj ChahanaTakiou

Source: 22Septembre