L'Agence Nationale Pour l'Emploi (ANPE) a tenu le 27 Novembre 2019, sa 39ème session ordinaire budgétaire du Conseil d'Administration au Centre de Perfectionnement et Reconversion (CPR) de l’Agence. L’ordre du jour de cette rencontre a porté sur : l'examen et l'adoption du Rapport du Commissaire aux comptes, exercice clos le 31 décembre 2018 ; l'examen et l'adoption du point d'exécution à mi-parcours du Plan de Travail Annuel (PTA) 2019 et du projet prévisionnel du PTA 2020 ; l'examen et l'adoption du point d'exécution à mi-parcours du Budget 2019 et du projet prévisionnel du Budget 2020.

Si les objectifs restent inchangés, l'ANPE prévoit, par contre, de réduire son budget prévisionnel annuel. Ainsi pour l’exercice 2020, l’Agence établit un budget annuel de six milliards cinquante huit millions de francs CFA (6.058.000.000) contre six milliards trois cents soixante dix millions (6.370.000.000) de francs CFA pour l’exercice  2019, soit une baisse de 4,90%. Cette revue à la baisse qui, selon  Ibrahim Ag Nock, directeur général de l’ANPE, s'explique par la situation conjoncturelle difficile que traverse notre pays et le coup de l’économie nationale.

En dépit de tout, le président du Conseil d'Administration, Mamadou Sinsy Coulibaly, estime pour sa part que des progrès significatifs ont été enregistrés, notamment au niveau de l’inspection du Plan de Travail Annuel (PTA) qui s'élève à hauteur de 86% du taux d’exécution des activités au titre de l'année 2019, bilan arrêté à la date du 31 octobre 2019. 

Toutefois, le taux d'exécution du budget au 30 septembre 2019 au titre des dépenses est de 74,51% et au titre des recettes, l’on a 74, 76%. « A cet égard, je voudrais féliciter la direction générale pour les résultats obtenus et l'inviter à persévérer dans cette dynamique pour plus de résultats tangibles. Pour ce qui est du projet du PTA 2020, le coût global des activités s'élève à un milliard sept cent vingt-huit mille huit cent soixante-dix-sept mille (1 728 877 000) francs CFA », a déclaré le président du Conseil d'Administration.

Pour le directeur général, Ibrahim Ag Nock, l'année 2020 sera une année de promotion des emplois à travers le partenariat public-privé, moteur de croissance et de contribution à la mise en œuvre de la politique nationale de l'emploi. Pour ce faire, le directeur veut axer les efforts de l'ANPE sur l’accompagnement des jeunes à travers des formations dans le but d'adapter les compétences aux besoins sur le marché.

« Nous comptons contribuer dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale d’emplois à la création d’environ 1900 emplois en terme de placement. Donc, il faut dire qu’au niveau des réalisations 2019 nous avons contribué à la création de 1300 emplois salariés en terme de placement. Il s’agit là, de la mise en relation entre les offres et demandes d'emplois, mais aussi  de la satisfaction des offres de nos recruteurs, des recruteurs potentiels qui viennent vers nous et les demandeurs d’emplois qui sont inscrits au niveau de l’ANPE. A ce niveau nous avons un taux de satisfaction qui n’atteint pas les 50%, mais qui avoisine les 50% »,a-t-il précisé.

Selon Ibrahim Ag Nock, cela est dû simplement  à l’inadéquation entre les profils de ces demandeurs et les offreurs d’emplois.«C’est une caractéristique du marché de travail aujourd'hui dans le monde. Vous avez une forte inadéquation entre le profil des demandeurs d’emplois et celui demandé par les offreurs. Nous allons donc travailler à faire ces équilibrages afin qu’il  y ait  plus de perfectionnement, plus de reconversion et que ces demandeurs puissent satisfaire réellement des offreurs d’emplois sur le marché. Nous allons donc travailler  à adapter les profils des jeunes aux emplois qui sont sur le marché »,a-t-il insisté. 

 Fatoumata Dicko Diako

Source : Ziré