Bien que mis à la disposition du juge d’instruction du tribunal de grande instance de Koulikoro, le maire du district est encore en détention à la prison centrale de Bamako. Un retard de changement de lieu de détention lié à une question procédurale.

Il n’y a aucun doute, le juge d’instruction du tribunal de grande instance de Koulikoro a été désigné par la Chambre d’accusation de la Cour suprême pour conduire la procédure concernant Adama Sangaré, placé sous mandat de dépôt par le Pôle économique et financier. Cet arrêt de la Cour suprême est consécutif à la saisine des avocats de l’inculpé, qui avaient demandé l’annulation du mandat de dépôt et de procès-verbal de première comparution et surtout la désignation d’un juge d’instruction pour leur client en sa qualité d’officier de police judiciaire.

Si la première requête, à savoir celle portant sur l’annulation du mandat de dépôt et de procès-verbal de première comparution a été rejetée, celle ayant trait à la nomination d’un juge d’instruction autre que celui du Pôle économique a été obtenue. Ce qui donne droit de facto au changement de lieu de détention, qui n’est autre que la Maison d’arrêt de Souban, à l’entrée de Koulikoro.

Cependant, tout reste suspendu à une question de procédure, selon une source proche du dossier. Pour qu’Adama Sangaré soit mis à la disposition du juge d’instruction de Koulikoro, il va falloir que le jugement rendu dans ce sens soit rédigé et transmis à son nouveau juge d’instruction, indique notre source. Ce qui ne serait pas encore le cas. C’est pourtant tout ce qu’il faut pour que l’édile de Bamako quitte la Maison centrale d’arrêt de Bamako pour la prison de Souban à Koulikoro.

A. Dicko

Source: Mali Tribune