Une délégation nationale du Conseil supérieur de la diaspora Malienne (CSDM), conduite par son président, Mohamed Chérif Haidara, a été écouté ce vendredi 22 novembre 2019 par la commission parlementaire en charge des affaires étrangères, des maliens de l'extérieur et de l'intégration africaine de l’Assemblée nationale du Mali. Au cours de cette séance, le CSDM a plaidé pour une augmentation du budget de fonctionnement 2020 du département des Maliens de l'extérieur. Il faudra que le budget passe de 1, 6 milliards à 5 milliards, afin de permettre audit département de mener à bien ses missions de défense des Maliens vivant à l'étranger.

 Pour une meilleure prise en compte de la gestion de la Diaspora, le CSDM a plaidé ce vendredi, après-midi, pour l'accroissement du budget alloué au ministère des maliens de l'extérieur. Selon les responsables du CSDM ce budget doit passer de 1, 6 milliards de francs CFA à 5 milliards de francs CFA en 2020 afin de permettre audit département de mener à bien ses missions de défense des Maliens vivant à l'étranger.

 Ces propositions sont apparues réaliste aux yeux des parlementaires de ladite commission qui, de leur avis, œuvreront de concert avec le CSDM, pour proposer un mécanisme de recettes financières devant permettre la mise en œuvre d'une telle revendication. A l’issue d’une séance d’écoute de deux heures d’horloge, le doyen de la commission, Habibou Sofara, député élu à Djenné a salué le CSDM pour la pertinence de ses propositions qui permettront au parlementaire d’avoir les coudés franche pour défendre le budget du département de tutelle de la diaspora. «Chaque année, à l’approche de la délibération sur le budget, nous convoquons les personnes ressources des ministères et de toutes les organisations affiliées au ministère. C’est ainsi que nous avons écouté les responsables du CSDM. Tout s’est bien passé et nous sommes allés jusqu’à programmer des rencontres afin de se pencher sur les problèmes soulevés», a-t-il expliqué.

 De son côté, le président du CSDM a indiqué à la presse que cette rencontre constitue la 3è séance d’écoute pour les membres de son organisation à la commission des affaires étrangères. «Nous sommes venus défendre notre ministère des Maliens de l’extérieur en vue de l’adoption du budget 2019-2020. On a eu à échanger sur plusieurs points de préoccupation. Le point essentiel que nous avons soulevé est relatif au budget des Maliens de l’extérieur que nous jugeons insignifiant. Nous sommes le ministère le plus important du Mali. C’est le ministère de 1/3 des Maliens, de 6 millions de Maliens. Nous apportons plus de 800 milliards de francs CFA par an. Cela représente 15,5% du PIB. On ne peut pas nous demander d’accepter que notre ministère soit le ministère orphelin sans un budget conséquent pour faire face à nos différents problèmes dans les régions où nous sommes très nombreux. Il se trouve que 2020 est une année d’élection en Côte d’Ivoire et en Guinée. Nous sommes inquiets en cas de crises post-électorales.  Nous demandons à ce que ce ministère soit doté de 5 milliards de F CFA », a déclaré Mohamed Chérif Haidara.   

 Il a aussi ajouté : « Nous avons également proposé un mécanisme qui permettra d’obtenir ces 5 milliards. On a également échangé avec l’honorable Sofara et ses autres collègues pour les rassurer les mécanismes permettant d’obtenir les 5 milliards en recettes. Mais, il va falloir que les 5 milliards de recettes soient utilisées pour servir le ministère des Maliens de l’extérieur, surtout quand on sait que dans un pays en guerre, il y a les priorités qui changent. Donc, ils nous ont rassurés que s’ils ont un mécanisme assez précis, fiable et applicable et ne ménageront aucun effort pour que l’argent obtenu soit remis à la disposition de notre ministère des Maliens de l’extérieur pour mieux servir la cause des Maliens établis à l’extérieur. »

 « Nous avons également parlé de nos consulats. Nos Consuls font de très bon boulot. Vous avez des Ambassadeurs qui enlèvent l’argent de leur poche pour aider leurs compatriotes. Cela ne va pas continuer. Il va falloir qu’on revoie les mécanismes d’un fonds alloué aux Consuls généraux»,a souligné Mohamed Chérif Haidara, président du CSDM.

Abdoulaye OUATTARA/Afrikinfos-Mali