En vue de protéger la santé des consommateurs, la direction régionale du commerce, de la consommation et de la concurrence du District de Bamako (DRCCC) a détruit, le 15 novembre 2019, une importante quantité de produits alimentaires avariés dont la valeur marchande est estimée à 300 millions de F CFA. 

La destruction de ces produits a eu lieu sur le site d’incinération de Diago (Kati), sous la supervision du DRCCC, Zédion Dembélé, en présence de ses proches collaborateurs, du représentant de l’ASCOMA, Makan Fona, Mamadou B. Diarra, etc.  Ces produits périmés et de contrebande qui ont fait l’objet d’incinération sont estimés à trois tonnes composés de cigarettes, pâtes alimentaires, boissons gazeuses, jus de fruits, bouillons de cube, savon, huile alimentaire, biscuits, etc. 

À travers cette opération, il s’agit pour la DRCCC de protéger la santé, voire sauver la vie de milliers de consommateurs de ces produits avérés impropres à la consommation. Ces produits périmés et de contrebande ont été saisis par les structures de la DRCCC au cours des deux derniers mois. 

Pour ZédionDembélé, la protection du consommateur est une préoccupation majeure au niveau du département de l’Industrie et du Commerce. Pour ce faire, la DRCCC a déployé des équipes de contrôle dans les six communes de Bamako qui sont sur le terrain tous les jours à la recherche de produits impropres à la consommation.

 « À la date d’aujourd’hui, nous avons pu retirer trois tonnes de produits dangereux pour la santé des consommateurs et dont la valeur marchande est estimée à 300 millions F CFA », a dit M. Dembélé.

Selon lui, la traque des produits périmés va se poursuivre au niveau de la DRCCC avec la même intensité et aucun point de vente ne sera épargné. « Les commerçants qui proposent des produits périmés à la consommation seront sanctionnés, conformément aux dispositions de la loi portant protection du consommateur », a-t-il ajouté.

Le représentant de l’ASCOMA, Makan Fona, a exprimé sa peur face à la quantité de produits nocifs à la santé incinérés lors de cette opération.  « Ce que nous avons vu ici, n’est peut-être qu’une infirme partie. Supposons la quantité déjà coulée dans nos marmites. Imaginez la quantité qui a déjà coulé dans le ventre des consommateurs ? Imaginez aussi la quantité qui dort encore dans les magasins », a-t-il souligné.

Au regard de la gravité de la situation, Makan Fona a invité les autorités à traduire ces ‘’criminels’’ devant la justice. Aussi, il a invité les consommateurs à plus de vigilance.

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali