Disons vrai. Il y a deux problèmes dans la gestion du Mali actuel et si nous les négligeons, si nous les diagnostigons mal, nous serons défaits :
1. La responsabilité de la France dans le déclenchement de la crise, dans son élargissement et dans son approfondissement est claire (Je ne suis pas anti-français ) mais là il y a aucune concession possible à faire si je veux être honnête. Il ne s’agit pas de remercier la France parce que nous sommes allés la chercher mais parce qu’elle a pu faire ce que nous souhaitons. Bientôt sept ans de présence au Mali mais pour quel résultat ! Les indépendantistes touaregs nous insultent tous les jours, brûlent notre drapeau sous les yeux des soldats français qui ne bronchent pas, qui, d’ailleurs, semblent leur faciliter leur jeu. Un premier ministre malien se rend à Kidal et on ouvre le feu sur lui et sa délégation, devant les soldats français qui ne bougent pas le petit doigt et qui prétendent qu’ils sont au Mali pour aider les maliens à recouvrir leur intégrité territoriale, Kidal est un territoire interdit aux soldats maliens et cela depuis l’arrivée des soldats français en 2013 et ces derniers sont chez nous pour protéger notre unité nationale, un autre premier ministre est annoncé prochainement en visite à Kidal et cette déclaration est faite par l’Élysée, ni fèn mi ye gnè don ka tèmin gnèkisè kan gnè tchili ko bè o kônô. J’aime la France, je fais un doctorat en études françaises mais exactement pour comprendre cette France là. Je respecte les français mais je ne peux pas m’empêcher de dénoncer ce qui ne va pas chez la France dans sa politique extérieure. D’ailleurs en le faisant, je lui rends service et lui prouve davantage mon amour et ma considération.
2. La responsabilité de l’État malien
Vouloir déculpabiliser la France par les erreurs de l’État malien c’est comme mettre de l’air dans les roues de votre voiture alors que celle-ci a besoin de carburant ! Ce qui se passe au Mali est grave et mérite d’être réglé. Je vous renvoie à mon post précédent dans lequel j’affirme ma déception à l’endroit du gouvernement malien et même du peuple malien. Dans un État dit en guerre si on pille l’État, si on achète des avions pourris, si on vole les fonds destinés aux militaires, je ne vois pas comment on peut s’en sortir.
Il y a deux types d’arguments qui circulent actuellement à propos de la crise sécuritaire au Mali.
1. L’argument des nationalistes français (la plupart étant des Maliens vivant au Mali ou en France ) qui veulent déculpabiliser la France en indexant le Gouvernement malien de ses malversations et de sa gestion calamiteuse. Erreur d’analyse.
2. Les nationalistes maliens qui veulent déculpabiliser l’État malien en indexant la France. Erreur d’analyse.
Je sais ce que représentent le Mali et la France pour moi, voilà pourquoi je ne ferai aucune partie prise.

Daouda Diarra