Ce vendredi 1er novembre, après la grande-prière, une attaque terroriste a visé la position des Forces Armées Maliennes (FAMa) à Indelimane (Talataye), dans le cercle d’Ansongo, a fait plus de 50 morts. Face à ce drame les organisateurs de certaines activités prévues dans le week-end ont préféré reporter leurs événements pour observer le deuil qui frappe la nation. D’autres, par contre, comme si de rien n’était, ont maintenu leurs agendas, malgré l’émoi. Qui a fait quoi et pour quelle fin ? 

“Ce qui me fait mal, c’est que rien ne fait mal à certains Maliens” disait l’autre. Encore une fois, les Maliens ont différemment réagi face à cette énième attaque meurtrière qui a visé le camp des FAMas, vendredi dernier à Indélimane (Ansongo). Alors que pouvait s’attendre que chaque Malien soit ému, certains ont surpris par leurs réactions face au drame. 

Parmi les acteurs qui n’ont pas ‘’respecté la douleur’’ du peuple Malien, il y a l’ASMA de l’ancien premier Ministre, Soumeylou Boubeye MAIGA, qui a effectué sa rentrée politique ce samedi 2 novembre en France. Il en est de même pour le réseau des femmes parlementaires (REFEP), qui en toute insouciance, a organisé un point de presse pour le Dialogue national inclusif à la Maison de la presse du Mali.
A Kolokani, le Mouvement pour le Mali(MPM) de l’honorable Hadi NIANGADOU a aussi effectué sa rentrée politique en dépité di drame national.

A l’opposé de ces acteurs à patriotisme douteux, des compatriotes engagés et dévoués pour la nation, ont tout simplement décidé de reporter leur événement en bonne et due forme. Etant entendu que le cœur n’était ni à la fait ni au combat personnel.

C’est le cas la Coordination des mouvements, associations, sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko (CMAS) qui, suite à l’attaque de Indelamine a reporté la table-ronde intitulée par l'Imam Mahmoud DICKO face à la Jeunesse’’ qui était initialement prévue les 2 et 3 novembre 2019.  Plus de deux cents jeunes venus des capitales régionales, de la diaspora et du District de Bamako avaient été convié pour prendre part à ce cadre d'échanges en vue de faire des propositions concrètes pour la prise en charge des défis auxquels la jeunesse et la société maliennes sont confrontées. 

Dans la même veine, dans un communiqué rendu public ce vendredi, il ressort que suit à cette attaque, la réunion extraordinaire du Conseil du CNASAM prévue pour dimanche a été reportée à une date ultérieure. «Un prochain communiqué précisera une nouvelle date. Nos condoléances les plus attristées aux familles durement éplorées !», peut-on lire dans le communiqué signé par son président, Adama T. COULIBALY.

Enfin, suite à l'attaque barbare et meurtrière survenue le 1er novembre 2019, les organisations faîtières de la société civile, ont décidé de reporter leur rencontre citoyenne sur le processus du dialogue National Inclusif, prévue pour le 3 novembre, à une date ultérieure. Par la même occasion, elles présentent leurs sincères condoléances aux familles endeuillées et souhaitent prompt rétablissement aux blessés.

Notons que cette rencontre citoyenne devait être animée par les Ministres Tiebilé DRAME et Yaya SANGARE. 

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali