La 44ème session ordinaire du Conseil d’Administration de l’Office de Radio et Télévision du Mali (ORTM) s’est tenue le 28 octobre 2019 sous la présidence du ministre de la Communication, chargé des relations avec les institutions, porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, président dudit Conseil d’Administration. C’était en présence du directeur général de l’ORTM, Salif Sanogo, et de l’ensemble des administrateurs.

À l’ordre du jour de cette session, il y avait l’adoption du procès-verbal des 42ème et 43ème sessions ordinaires tenues le 7 Mars 2019 ; du rapport d’activités 2018 ; du plan de formation de l'ORTM et de la note d'orientation sur la comptabilité. Il s’agissait également de l’examen du point d’exécution des tâches assignées à l’ORTM lors des 42ème et 43ème sessions. 

Selon le ministre président du Conseil d’Administration, Yaya Sangaré, l’ORTM doit changer de paradigme pour répondre aux attentes, à la fois des plus hautes autorités et des Maliens qui attachent, chacun en ce qui le concerne, un intérêt tout particulier au renouveau de la structure. Et cela, dans le nouveau contexte de pluralité concurrentielle que nous vivons, caractérisé par l'ouverture des ondes et des images dans notre pays, où selon des statistiques récentes, nous enregistrons aujourd'hui plus d'une vingtaine de télévisions privées et près de 400 radios, qui vont des chaînes les plus généralistes, aux chaînes plus ou moins spécialisées ou confessionnelles.

« Nous devons donc gagner avec l'image et le son, cette guerre de l'information, en appui à la guerre militaire menée sur le terrain par nos forces armées et de sécurité pour gagner définitivement la paix dans notre pays », a déclaré le ministre Yaya Sangaré, avant d’ajouter qu’au titre du Rapport d'Activités 2018, il convient de souligner que cette année apparaît comme celle d'un nouveau départ de l'Office de Radio et Télévision du Mali, en tant qu'éditeur de programmes, et cela après la réforme du secteur de l'audiovisuel public, qui a consacré pour la première fois dans notre pays, la séparation des missions de production réservées à l'ORTM de celles de diffusion désormais transférées à la Société Malienne de Transmission et de Diffusion (SMTD), par les ordonnances N°2015-036 P-RM du 02 octobre 2015 portant création de l'Office de Radiotélévision du Mali et l'Ordonnance NO 2015-037 P-RM du 02 octobre 2015, portant création de la Société Malienne de Transmission et Diffusion Société Anonyme, SMDT-Sa.

« Cette situation a eu une incidence sur le fonctionnement de l'Office qui s'est traduite par le transfert de plus de 200 agents, ainsi que de tous les équipements de diffusion et de transmission, de l'ORTM vers la SMDT. Au plan financier, cette restructuration a engendré une baisse de plus de 10% des recettes de l'ORTM, correspondant aux ressources des différentes conventions de rediffusion ou de partage d'infrastructures, en même temps qu'elle a enregistré une baisse moins significative des charges récurrentes en termes de salaires, d'énergie et de communication qu'on attendait de cette séparation », a-t-il souligné.

Rapprocher l'ORTM de ses téléspectateurs et auditeurs !

Toutefois, Yaya Sangaré a invité le personnel de l'ORTM à assurer une couverture plus engagée, avec la possibilité d'organiser plus de débats contradictoires entre tous les acteurs politiques qui accepteront cet exercice citoyen et démocratique, de redevabilité pour garantir le droit d'accès des maliens à l'information. « Pour y parvenir, j'engage déjà et maintenant l’ORTM à jouer pleinement son rôle extrêmement important dans la communication, surtout dans nos langues nationales plus accessibles à nos concitoyens, sur la problématique et les enjeux du Dialogue National Inclusif que notre pays organise actuellement, afin d'assurer la réussite de toutes les actions de communication autour de ses assises », a-t-il ajouté.

Au cours de son intervention, le président du Conseil d’Administration a beaucoup insisté sur le renouveau de l'ORTM que demandent nos populations à la base, dont une piste de satisfaction passe en partie par des décrochages locaux de ses stations régionales sur la télévision nationale, que l'office devrait dès l'année prochaine mettre en place plus facilement avec l'avènement de la télévision numérique terrestre (TNT), en partenariat avec la Société Malienne de Transmission et de Diffusion (SMTD).

« Ces instants de décrochage tant attendus renforceront notre processus de décentralisation et rapprocheront l'office de ses téléspectateurs et auditeurs de proximité, puisque pendant quelques heures dans la journée, des programmes locaux seront diffusés au niveau de chaque station régionale. Ce qui permettra à certaines de nos régions et communes d'informer, d'éduquer, de débattre et de se divertir localement, de mettre l'accent sur une histoire, une identité culturelle et une vie économique locales, tout en restant synchronisées sur la chaîne nationale pour les grands évènements d'intérêt national. Cette réforme de télévision de proximité et de participation, certainement la plus importante de l'office depuis sa création, changera à jamais, l'image et la perception de l'ORTM », a-t-il souligné.

Fatoumata Dicko Diako

Source : Ziré