A Kayes, la lutte contre la corruption et les malversations financières se poursuit. Une dizaine de personnes ont été interpelées à ce jour. Elles sont poursuivies pour le détournement de plus d'un milliard cinq cent millions de francs CFA dans l'affaire dite du Conseil régional. Plusieurs autres dossiers de corruption sont en cours d'instruction au niveau du Pôle économique et financier de la région, selon les autorités judicaires. A Kayes la population salue la nouvelle dynamique et espère la poursuite de la lutte contre la corruption.

Ces procédures sont donc en cours devant le juge d'instruction, nous explique le Procureur de la République, près le Tribunal de Grande Instance de Kayes, charge du Pôle économique et financier. Pour le magistrat, toutes ces enquêtes se dérouleront normalement dans le respect de la loi et des droits des prévenus. « Dans l’affaire du Conseil régional, 10 personnes sont sous mandat de dépôt, trois sous contrôle judiciaire. Et les enquêtes se poursuivent », explique Moussa Zina Samaké.

Selon le Procureur chargé du Pole économique et financier, « les charges retenues vont du détournement des deniers publics, aux cas de faux et usage de faux, fractionnement de marchés publics, ainsi que l'infraction de favoritisme », précise le procureur Samaké.

Cependant, poursuite le magistrat, dans le souci d’assainir les services publics de la région et rétablir la confiance entre l'administration et ses usagers, de nombreuses autres affaires de délinquance financières sont en cours d'instruction au sein de sa juridiction. « L'enquête vient de démarrer. Il y a une enquête concernant la gestion des communes rurales de Sitakily, de Sadiola et puis l'ADR. Il y a plusieurs enquêtes en cours », nous explique Moussa Zina Samake, chargé du Pôle économique et financier de Kayes.

La Plate-forme « Blonba », un regroupement d'associations de la société civile, se réjouit déjà des arrestations au Conseil régional, dont celle de son président, Bandiougou Diawara. Tout en respectant la présomption d’innocence des prévenus, le porte-parole de cette organisation explique que d'autres actions doivent se poursuivre pour mettre hors d’État de nuire d’autres délinquants financiers. L’association de la société civile, qui avait rendu public les premiers documents de présumés détournements au Conseil régional de Kayes, pointe du doigt d’autres malversations au Conseil de cercle de Kayes, à la Direction de l'EDM, à la mairie de Kayes et de Kéniéba.

« Ce sont les dénonciations de cette plateforme qui ont suscité la lutte contre la corruption à Kayes par le dossier du Conseil régional. Nous nous sommes battus pour cela, en faisant des marches, des sit-in, des dénonciations et même fournir des preuves à la justice afin que les auteurs puissent être arrêtés et interpellés », déclare pour sa part Adama Fakaba Sissoko, porte-parole de la Plate-forme « Blonba » et président de l'association « Devoir de Citoyen ».

Pour une lutte efficace contre la corruption, le procureur du Pôle économique et financier insiste sur la collaboration de la population. Les populations de Kayes se réjouissent des actions menées par la justice dans le cadre de la lutte contre la corruption. Pour les habitants, « toute l'aide sera apportée à la justice pour arrêter tous les délinquants de deniers publics et pérenniser la lutte contre la corruption ».

Source: Studio Tamani