Lundi dernier, un pont sur la RN15 situé après Bih (le dernier village du Mali) à la frontière avec le Burkina Faso a été dynamité par un engin explosif qui a endommagé l’ouvrage à 90 %. Depuis ce jour, le trafic routier est arrêté sur ce tronçon. Afin d’évaluer la situation et prendre des mesures urgentes pour rétablir le trafic routier sur ce tronçon qui rapporte beaucoup à l’économie locale et nationale, une délégation, conduite par le préfet du Cercle de Koro, le capitaine Abdoulaye Boré, s’est rendue hier sur les lieux. Le préfet était accompagné pour la circonstance par des autorités politiques locales, des experts de la direction régionale des routes, du chef du bureau de la douane, du commandant de la brigade de la gendarmerie, du chef de peloton de la garde nationale avec une forte présence des éléments de la compagnie d’intervention rapide de Koro.

Selon Sidiki Sogoba, ingénieur à la direction régionale des routes de Mopti, l’explosion a détruit le pont à 90%. C’est un dalot d’une largeur de 1,5 m et une hauteur 1,5 m. Pour l’instant, en attendant la réparation du dalot, il urge de faire une déviation pour adoucir la pente et permettre aux véhicules lourds de passer. Le dalot détruit est à seulement 150 mètres de la frontière avec le Burkina Faso.
Les groupes terroristes sont très actifs dans ce secteur et font régulièrement des attaques de part et d’autre de la frontière. Depuis près de deux ans, ils s’attaquent à des postes de contrôle, aux forains, aux lieux de culte et écoles, mais c’est la première fois qu’ils sabotent un ouvrage routier. à coup sûr, cette destruction de pont aura des impacts sur le mouvement des populations et l’économie. Le préfet du Cercle de Koro, le capitaine Abdoulaye Boré a indiqué que les plus hautes autorités sont informées de la situation et que dans un bref délai des dispositions techniques et sécuritaires seront prises pour rétablir le trafic sur le tronçon.
En attendant, les camions de marchandises restent bloqués de l’autre côté de la frontière, toute chose qui pourra avoir des conséquences sur le prix de certaines marchandises dans les jours à venir.

Source : L’Essor