Sur autorisation du ministre de la Défense et des Anciens combattants, le général de division Ibrahima Dahirou Dembélé, des hauts gradés de l’armée ont commencé à être entendus au Pôle économique et financier de Bamako dans l’affaire des aéronefs Puma depuis septembre 2019. D’autres doivent passer cette semaine encore.

Les enquêtes judiciaires relatives à l’achat des aéronefs Puma qui sont aujourd’hui cloués au sol se poursuivent. Suite à l’autorisation du ministre de la Défense et des Anciens combattants, une première vague de hauts gradés de l’armée ont été entendus au Pôle économique et financier de Bamako au mois de septembre dernier. Il s’agit de l’ex-chef d’état-major général des armées, le général Moussa Bemba Kéita, l’ex-chef d’état-major général de l’armée de l’air, le général Souleymane Bamba, le directeur des finances et du matériel du ministère de la Défense et des Anciens combattants au moment des faits. Le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé avait également été reçu en tant que témoin pour avoir dénoncé cette affaire scabreuse sur laquelle il est censé avoir des éléments d’éclaircissements au regard de sa lettre d’interpellation adressée au président de l’Assemblée nationale.

Dans le même dossier, le ballet militaire se poursuivra cette semaine. Il concerne, selon nos sources, d’autres hauts gradés de notre armée ayant pris part directement ou indirectement au contrat d’achat de ces avions incapables aujourd’hui de voler. Filouterie ou pas, leurs propos ou témoignages permettront d’éclairer la lanterne du procureur anti-corruption pour décider du sort des présumés coupables.

Il nous revient que d’autres personnalités civiles devraient comparaître également. Parmi les civils à entendre figure l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga.

Les prix d’achats de deux hélicoptères Puma d’occasion s’élèvent à 3,5milliards de F CFA pour l’un et 3,9 milliards de F CFA pour le second. Les pièces de rechange ont quand à elles coûté 3 milliards de F CFA soit au total 9,14 milliards de F CFA.

Abdrahamane Dicko

Source: Mali Tribune