Les 17 et 18 octobre 2019, s’est tenue la formation de journalistes-reporters en ligne sur l’éthique et la déontologie dans la salle de conférence de l’ASSEP,  sise à l’ACI 2000. C’est une formation initiée par l’Association des Professionnels de la Presse en ligne (Appel-Mali), en partenariat avec Freepress Unlimiited.

Dans son mot de bienvenue, le président de l’Association des Professionnels de la Presse en Ligne du Mali, Modibo Fofana, a demandé aux participants d’être assidus et de mettre en pratique les acquis de la formation. « Tout ce que je peux vous demander, c’est de mettre en pratique ce que vous avez appris pendant les deux jours de formation », a-t-il souligné à la cérémonie de clôture de la formation.       

Pendant deux jours, le formateur, Assane Koné, a échangé avec les participants sur les problématiques liées au respect de l’éthique et de la déontologie dans l’exercice du métier du journaliste. Pour ce faire, il a axé sa communication autour des éléments essentiels comme : la nécessité de prise de conscience pour le respect des règles qui régissent le métier. Cette communication a été aussi soutenue par l’étude de quatre articles écrits et publiés par des confrères maliens dans des organes nationaux. Il s’agit de : ‘’Quel avenir pour le journalisme au Mali ?’’ ; ‘’Journalisme au Mali : Pas d’argent, pas  d’article’’; ‘’Déontologie et journalisme : le rappel à l’ordre du ministre Bathilly doit-il fâcher les confrères ?’’ et enfin ‘’Journaliste et déontologie au Mali : les journalistes entre le marteau et l’enclume’’.

Selon Assane Koné, l’éthique fait référence à l’éducation, c’est-à-dire la valeur personnelle, mais surtout morale de l’individu exerçant le métier de journaliste. Quant à la déontologie, le formateur estime qu’elle est l’ensemble des règles mises en place pour le bon fonctionnement du métier. Des règles, dit-il, qu’il faut respecter à tout prix quand on veut être un professionnel.

De même, des débats ont été animés autour du journalisme, à savoir : ‘’Qui est journaliste et qui ne l’est pas ?’’, ainsi que sur les différentes chartes existantes sur le journalisme, des chartes évolutives en fonction des temps et des réalités. A la fin de la formation, Assane Koné a tenu à préciser: « Je le rappelle, la formation en tant que telle, c’est un échange d’idées entre des hommes et des femmes qui connaissent la situation dans laquelle se trouve le journalisme au Mali. C’est donc en essayant d’aller vers la perfection qu’on peut s’améliorer.»

Chez les participants, c’est un sentiment de satisfaction qui se dégage. « Nous sommes très contents d’avoir bénéficié de cette formation. Donc, nous remercions Appel-Mali et ses partenaires et nous leur demandons de multiplier davantage ce genre d’initiative au bénéfice des hommes et femmes de médias », a souligné Daouda Koné au nom des participants.

Amadou Kodio / Afrikinfos-Mali