La journée de ce jeudi 19 septembre 2019 a été marquée par des scènes de violences dans plusieurs parties du Mali. A Tombouctou dans le nord, des affrontements ont éclaté entre les jeunes de certains quartiers et des hommes armés. Les violences auraient fait trois morts plusieurs blessés, selon un bilan fourni par le gouvernement. Au même moment à Niono dans la région de Ségou au centre du pays, au moins deux personnes ont trouvé la mort dans des échauffourées entre la population et les forces de sécurité, rapporte un communiqué du gouvernement.
Les habitants de la cité des "333 saints" se sont réveillés avec les bruits des crépitements d'armes ce jeudi 19 septembre 2019. Tout a commencé quand des hommes armés ont tenté de franchir un check point érigé par certains jeunes du quartier Abaradjou, mercredi soir. Une altercation s’en est suivie. Deux jeunes sont grièvement blessés et ont été transportes a l’hôpital pour des soins.

Tôt ce jeudi matin, les jeunes ont pris d’assaut certains endroits soupçonnés d’être les lieux ou sont retranchés les hommes armés. Les jeunes ont ainsi incendié des engins appartenant aux suspects. Une violente bagarre a ensuite éclaté entre les jeunes et ces individus armés. L’intervention de forces de l’ordre n’a pu calmer la situation Ces violentes altercations ont fait au moins trois morts, six blessés. Un bilan communiqué par le gouvernement. Rappelons que ces événements font suite à l’enlèvement de deux infirmiers dans le quartier Abaradjou. Ces derniers ont été libérés après la mobilisation des jeunes du dudit quartier.

Alors que la situation se calmait à Tombouctou, des violences ont éclaté à Niono dans la région de Ségou dans le centre du Mali. Des affrontements entre manifestants et policiers ont fait quatre morts dont le commissaire de police et un civil. Le commissariat de la ville a été saccagé et incendié par la foule en colère. Selon des sources locales, l'intervention de l'armée a permis de calmer les tensions dans la ville. Dans son communiqué le gouvernement appelle la population à la retenue et rassure que les auteurs de ces actes seront rattrapés et traduits devant la justice.

Source : Studio Tamani