Après la journée du 13 septembre 2019 bien chargée, le procureur du Pôle Economique et Financier, Mamoudou Kassogué, a animé un point de presse ce 14 septembre 2019 au Tribunal de la Commune III du District de Bamako. Au cours de cette rencontre avec la presse, Mamoudou Kassogué a confirmé qu’il s’agit bien de présomption de détournement de denier public dont le montant se chiffre à 9 milliards 462 millions 152 mille 71 francs CFA.

Selon Mamoudou Kassogué, cette affaire est partie d’une dénonciation anonyme déposée au Pôle Economique et Financier. L’affaire, avance-t-il, est portée par une personne sous anonymat de la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs du Coton du Mali (CSCPC) selon qui, la malversation pourra se chiffrer autour de 3 milliards de francs CFA, voire plus.

« C’est ainsi que nous avons ordonné l’ouverture d’une enquête en saisissant la brigade du Pôle Economique et Financier. Le dénonciateur anonyme a beaucoup contribué à cette enquête qu’il en soit remercié. A l’issue des investigations, nous avons pu observer que ses soupçons avaient une base de réalité en ce sens que les investigations menées nous ont permis de comprendre que de 2013 à 2019, la CMDT a mis à la disposition de la Confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs du Coton du Mali (CSCPC), 13 milliards 431 millions 431 mille 37 francs CFA. Sur ce montant, seuls 8 milliards 854 millions 760 mille 823 francs CFA ressortent de la comptabilité de la confédération. Il y a un montant de 4 milliards 576 millions 676 mille 214 francs CFA qui n’ont pas été comptabilités. Sur les 8 milliards qui ont été comptabilisés, seuls 3 milliards 969 millions 284 mille 966 F CFA ont pu être justifiés. Il va en dire que le montant de 4 milliards 885 millions 475 mille 857 francs CFA n’ont pas été justifiés. Ce qui fait un total non justifié de 9 milliards 462 millions 152 mille 71 francs CFA d’écart à la date d’aujourd’hui. Donc, c’est une enquête préliminaire qui vient d’être bouclée et le relais sera fait par un juge d’instruction qui va approfondir les enquêtes. C’est ainsi que nous avons ordonné le jeudi (12 septembre 2019) dans la journée à ce qu’une mesure de garde à vue soit prise contre Bakary Togola, président du Conseil d’Administration de la confédération et présumé auteur principal de cette malversation dénoncée», a-t-il expliqué.  

Selon le procureur, après une information judiciaire, il y a une présomption de détournement de dernier public sur la base de faux et usage de faux ; des   soustractions frauduleuses ; un détournement et autres malversations. « Donc, le montant étant nettement supérieur aux 10 millions francs CFA qui font de ces infractions des infractions criminelles, l’ouverture d’une information judiciaire était obligatoire et un juge d’instruction a été saisi qui, après avoir pris connaissance du dossier, a décidé de le placer en détention provisoire à travers un mandat de dépôt. Et depuis hier (13 septembre 2019), Bakary Togola est en détention provisoire à la Maison centrale d'arrêt de Bamako (MCA) », a-t-il ajouté.

Au cours de son intervention, le procureur du Pôle Economique et Financier, Mamoudou Kassogué, a également annoncé que six autres personnes sont suspectées d’avoir contribué, d’une manière ou d’une autre, à commettre ces infractions. « Nous aurons plus de détails dans les prochains jours. », a-t-il précisé.

Ousmane BALLO / Afrikinfos-Mali