Dr. Abdoulaye Sall, Président de CRI 2002

Partie prenante de l'Atelier National  de Réflexion sur la contribution de la société civile au Dialogue Politique Inclusif, tenu du 07 au 08 septembre 2019 au Centre International de Conférence de Bamako,  CRI 2002 à travers son président, Dr. Abdoulaye Sall, a animé un point de presse le 11 septembre 2019 à la maison du partenariat. L’objet de cette rencontre était d’expliquer aux journalistes la position et les propositions de CRI 2002 audit  Dialogue.

 « Il est de notre devoir de vous rendre compte de ce dont nous avons parlé à l'Atelier National  de Réflexion sur la contribution de la société civile au Dialogue Politique Inclusif. Je n'aurai pas la conscience tranquille sans vous faire le point de notre participation à cet atelier de réflexion de deux jours de la société civile, mais surtout notre position sur le processus du Dialogue, son contenu et sa forme. Nous sommes pour ce dialogue, car ça parle du Mali et c'est une opportunité historique pour les Maliens de donner une nouvelle dynamique à la démocratie et à la nation tout court »,  a déclaré Dr. Abdoulaye Sall, président de CRI 2002.   

Mieux, Dr. Sall demande et aux initiateurs du dialogue et à la société civile de tout faire pour réussir à bien cette mission de sortie définitive de crise, car pour lui Bamako n'a plus le droit de décevoir le reste du Mali. « Ce que je peux vous dire, c’est que j'ai été ému pendant ces deux jours d’atelier. Jamais le Mali n'avait été représenté jusqu'à ce niveau. J'ai vu des vieilles personnes assises par terre pendant tout l'atelier pour être témoin des propositions qui ont été faites. Je penses que nous les Bamakois, je dis bien nous les Bamakois, on a plus le droit de décevoir les Maliens venus de l'intérieur. On n’a pas le droit de décevoir leurs attentes. Il y a eu des propositions, mais il nous faut encore plus »,  a-t-il ajouté.

Parlant de la position de CRI 2002, Dr. Abdoulaye Sall estime que le concept du dialogue politique inclusif doit être revu à la faveur de Dialogue National Inclusif comme proposé par les participants aux débats de deux jours. En plus pour le contenu dudit dialogue, CRI 2002 propose: la Reconnaissance de l'autorité coutumière ; la Bonne Gouvernance, notamment dans le secteur de la défense et de sécurité et la lutte contre l'impunité et la corruption.

Parlant des dissidents, Dr. Abdoulaye Sall pense qu'il faut profiter de toutes les situations. Car selon lui, il faudra désormais s'adapter de la nouvelle dynamique de notre démocratie. « Si quelqu'un dit qu'il trouve des failles, il faut prendre ça en compte et continuer tous ensemble, on ne doit laisser personne pour compte », a-t-il conclu.

Amadou Kodio / Afrikinfos-Mali