Les faits sont survenus ce mercredi 5 septembre. Selon un élu local, au départ ils étaient 34 enlevés par des hommes armés entre Hombori et Douentza. Parmi eux, 4 ont été exécutés dans un premier temps. Sur les 30 autres combattants restant, 6 ont pu s'échapper. Ces éléments du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) qui étaient repartis entre deux cars de transports publics étaient en partance pour Gao au moment des faits après leur formation.

Selon les autorités communales de Hombori, après le forfait, les assaillants ont pris la direction de Mondoro avec les 30 ex-combattants enlevés. Avant d'ajouter que six parmi eux, ont pu s'échapper dont 4 ont rejoint le camp de Boni et les deux autres celui de Hombori. Selon l'élu local, 24 autres éléments du Mécanisme Opérationnel de Coordination restent encore introuvables.
L'incident a eu lieu mercredi dernier entre Hombori et Douentza dans la région de Mopti. Ces otages, détenus par des présumés terroristes, faisaient partie de 1006 ex-combattants des mouvements signataires de l'accord pour la paix et la réconciliation. Ils ont récemment bouclé une formation au camp d’entraînement à Bapho près de Ségou. Ces nouvelles recrues avaient été autorisées à passer quelques jours dans leurs familles respectives.
L’annonce de la disparition de ces 24 ex combattants intervient alors qu’il y a quelques jours, 4 autres éléments du MOC ont été exécutés par des hommes armés non encore identifiés. Ces nouvelles recrues devraient intégrer l'armée reconstituée dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation.
C'est donc dans ce contexte d'insécurité et de terrorisme que se prépare à Bamako le sommet des chefs d’États du Mali et du Niger sur la sécurité au niveau des frontières des deux pays. En prélude à cette rencontre qui se tient demain samedi, les ministres des défenses du Mali et du Niger se sont réunis aujourd'hui à Bamako. Les échanges ont porté sur la lutte contre le terrorisme. Selon le ministre de la défense nationale du Niger, la priorité du jour consiste à récupérer les espaces occupés par les terroristes.

Source : Studio Tamani