Si les choses se confirment, Hamadoun Koufa est bel et bien vivant et devrait certainement se trouver quelque part au Mali ou dans un pays voisin. C'est la diffusion d’une vidéo obtenue par nos confrères de France 24, ce 28 février 2019, qui a jeté le pavé dans la mare. Dans cette vidéo, le chef de la katiba du Macina, Hamadoun Koufa, dément sa propre mort. Même si la plupart des observateurs se réservent, pour l’instant, de confirmer l’authenticité de ladite vidéo, la mort de cet homme, annoncé par la ministre française de la Défense, Florence Parly, puis par son homologue malien, Tiéna Coulibaly,  après le raid survenu dans la nuit du 22 au 23 novembre 2019, n’a jamais été confirmée à 100%, car aucune preuve tangible n’est venue confirmer le décès de ce chef terroriste.

« Les armées françaises engagées au Sahel au sein de l’Opération Barkhane ont mené une action d’ampleur, complexe et audacieuse qui a permis de neutraliser un important détachement terroriste au sein duquel se trouvait probablement l’un des principaux adjoints de Iyad Ag-Ghali, Hamadoun Koufa, chef de la katiba Macina », avait indiqué la ministre française des Armées, Florence Parly, dans un communiqué le lendemain de l’opération.

Dans un autre communiqué en date du 24 novembre 2018, le ministère de la Défense et des Anciens Combattants du Mali avait souligné : « Le ministère de la Défense et des Anciens Combattants informe l’opinion nationale et internationale que les FAMA et Barkhane ont mené une opération coordonnée, dans le centre du Mali, le 23 novembre 2018, sur une base abritant le commandement de la Katiba d’Ançar Eddine du Macina. Cette opération coordonnée a permis de neutraliser une trentaine de terroristes, dont Djourétou, le chef de la base ; Bobala, le chef des opérations et Hamadoun Koufa… »

Même si l’on sent la certitude dans la déclaration du ministre de la Défense et des Anciens Combattants du Mali, aucun de ces deux communiqués n’avait précisé les circonstances exactes dans lesquelles ce raid s'est déroulé et aucune image et aucune vidéo sur les différentes interventions n’ont été, par la suite, publiées par aucun des deux pays.

D’ailleurs, ce ne sera pas la première fois que ce chef terroriste très recherché ressuscite. Il fut annoncé mort en 2013 après les frappes des avions français dans le cadre de l’opération Serval. Deux ans après (en 2015), il a été encore aperçu avec Iyad Ag Ghaly au nord de Kidal au sein d’un groupe appelé Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) agissant autour de Kidal, dans le nord du pays, et avec l’Algérien Djamel Okacha, alias Yahia Abou Al-Hammam, leader d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et qui a été également annoncé tué par Barkhane le 22 février 2019.

C’est pourquoi, cette apparition propagande doit être prise au sérieux. Surtout au moment où les forces armées du Mali ont déjà investi certaines localités de son fief. Certes, son groupe semble être présentement un peu affaibli, mais il n’est pas totalement anéanti et si le contenu de cette vidéo se confirme, l’armée malienne, comme les autres forces étrangères vont devoir se réorganiser dans le centre du pays.

Certes pour l’instant, rien ne prouve la présente de Hamadou Koufa sur le territoire du Mali. Mais une chose est sûre, tôt au tard, il risque de faire encore parler de lui. C’est pourquoi il serait nécessaire de revoir en conséquence le dispositif sécuritaire dans toutes les zones stratégiques du pays.

Ousmane BALLO

Source : Ziré-Hebdo