Crise d’électricité : monsieur le ministre se ressaisit et change de langage

à la une Accueil Actualités Au Mali Flash infos Infos en continus Société

Il y a juste deux mois, soit le 9 février 2021, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, animait une conférence de presse au cours de laquelle il avait déclaré haut et fort : « Je n’ai pas dit qu’il n’y aura pas de coupures cette année, mais elles seront accidentelles. » Aujourd’hui, ces délestages sont devenus le quotidien des populations. Donc, il faut dire à monsieur le ministre que rien n’a changé, que le problème d’électricité demeure encore et toujours.

« Il n’est plus question que les populations continuent de souffrir pour ses besoins fondamentaux. Je ne suis pas ici pour plaire à quelqu’un encore moins pour l’argent. Nous sommes ici pour travailler et nous allons travailler à satisfaire cette population. Et pour atteindre ces résultats, il nous faut une équipe capable d’appliquer les lois et règles telles qu’indiqué. Nous allons travailler et continuer de veiller à la bonne marche des dispositifs. » Voilà un beau discours, tenu le 9 février 2021, devant la presse et à l’adresse des populations qui avaient déjà nourri beaucoup d’espoir de passer cette période de pointe dans la plus grande allégresse. Mais hélas, le ministre Lamine Seydou Traoré n’a pas finalement pu respecter sa parole donnée.

Pour se justifier, il a eu le courage d’organiser une autre conférence de presse le 15 avril 2021, au cours de laquelle, il a tenté de s’expliquer devant la population déjà meurtrie à cause des multiples délestages sauvages en cette période de forte chaleur. Comme s’il n’était pas au courant ou alors n’avait pas toutes les informations sur la Société Energie du Mali-Sa à sa prise de services, le ministre Lamine Seydou ampute cette situation, d’une part, à la vétusté et au manque de révision décennale des équipements électriques. « Les fortes chaleurs ont engendré de nombreuses pannes dans nos installations déjà vétustes », a-t-il souligné.

D’autre part, il s’agit, selon Lamine Seydou Traoré, du non respect du contrat de fournitures d’électricité conclu entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Pour lui, à travers ce contrat, la Côte d’Ivoire devrait fournir 100 MHZ au Mali. Malheureusement, précise-t-il, notre pays n’a bénéficié que de 70 % des 100 MHz comme convenu dans le contrat. « Les autorités ivoiriennes ont réduit les 100 mégawatt qu’elles fournissaient à notre pays », a précisé le ministre Lamine Traoré.

Enfin, Lamine Seydou en phase avec les réalités !

Face à la situation grave, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau devient désormais raisonnable et soutient que ce qui n’a pas été fait en trente ans, ne peut l’être en quelques mois. « Nous comprenons la souffrance des populations, nous implorons leur indulgence. Ce qui n’a pas été fait en trente ans, ne peut l’être en quelques mois…», a-t-il déclaré.

Comme solution, Lamine Seydou Traoré annonce cette fois-ci un plan d’investissement colossal estimé à 2 300 milliards FCFA. «A défaut de pouvoir mobiliser toute cette manne financière », a-t-il précisé, le gouvernement fera recourt aux prestataires privés qui vont produire de l’énergie et la vendre à l’EDM S.A. Il a aussi annoncé aux hommes de médias la construction d’une centrale de 100 MHZ à Sirakoro et dont la réception est prévue pour 2022. « 2022 sera meilleure que 2021 parce que nous aurons réalisé 100 MHZ », a-t-il promis. Encore de la poudre aux yeux ? Wait and see !

Ousmane BALLO

Source : Ziré

Last Updated on 21/04/2021 by Ousmane BALLO